La supervision : une démarche réflexive collective

PROGRAMME

Un constat
• Dans les secteurs sanitaire, social et médico-social, les professionnels comme les intervenants environnants peuvent être en souffrance, et éprouver parfois des sentiments d’incompréhension, de culpabilité, d’épuisement, de découragement et de démotivation, au cours de l'accompagnement
quotidien des résidents.


La supervision comme lieu d’explicitation et
d’analyse de son vécu professionnel
• La supervision, outre l’analyse des pratiques, peut permettre d’aborder plus précisément l’implication et les freins personnels et professionnels individuels.


• La supervision stimule le développement des professionnels en les amenant à s’interroger sur leurs paroles, perceptions, émotions, attitudes et actions et vise à développer un positionnement professionnel juste. Elle aide à prendre plus de distance et donc à mieux gérer des situations complexes ou à fortes charges émotionnelles. Elle favorise l’intégration de l’expérience.


• La supervision est, comme le relèvent C. De Jonckheere et S. Monnier (1996), « une réflexion approfondie sur le vécu professionnel. Elle porte sur des situations concrètes et actuelles de la vie professionnelle amenées par le supervisé. Son but est de développer chez ce dernier la conscience de ses actes, de ses responsabilités, de son engagement, de sa capacité de créer des liens interpersonnels et de coopérer. Elle requiert un effort de compréhension
et d’analyse de son fonctionnement professionnel intégrant les aspects cognitifs, relationnels, émotionnels et corporels ». Une distanciation bénéfique individuellement et collectivement


• Elle implique une capacité de distanciation permettant d’identifier ce que le professionnel a vécu, ce qui l’a animé dans son action ou son inaction, ce qui l’a freiné, etc. Elle lui permet de réfléchir à partir de son récit en étant dégagé de ses représentations, de ses transferts, de l’engagement et de l’enjeu émotionnel d’une relation directe. Cette distanciation est là pour lui permettre la reconnaissance et l’appropriation de son fonctionnement et de ses modalités de communication.


• Se réunir afin de réfléchir grâce à un superviseur permet à chacun de profiter de l’expérience d’autrui, de se soutenir mutuellement, de réduire l’isolement dans son travail et de construire de nouveaux savoirs utiles pour la pratique.


Le rôle du superviseur
• Le superviseur a la possibilité de faire des interventions individuelles dans le groupe ou selon les moments, de faire des interventions qui concernent l’ensemble du groupe permettant à chacun de prendre part aux réflexions. Cela renforce l’affirmation de soi, la confiance aux autres et enrichit les modes d’intervention auprès des résidents, au sein de l’équipe, avec les partenaires.


• La supervision fait l’objet d’un contrat établi sur la base de la demande et des objectifs (pédagogiques ou professionnels), pour une durée déterminée et à un rythme régulier, permettant ainsi un travail de maturation.


• Le superviseur observe strictement le devoir de confidentialité, avant, pendant et après l’intervention.

Vos avis sur la formation

Savoir créer et renouveler une convention tripartite en lien avec son projet d'établissement. Réagissez et déposez votre commentaire.
*Champs obligatoires
Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire